La fiche du mois
Accueil » Uncategorized » Anthony Simati, le chantre de l’anti-violence, a encore frappé !

Anthony Simati, le chantre de l’anti-violence, a encore frappé !

Anthony Simati, au côté du président Hollande.

Si l’association Sos-racisme défraye régulièrement la chronique (détournements de fonds, subventions honteuses, comptes suspects, recel d’abus de confiance : voir le dossier SOS Racisme.), c’est  Anthony Simati, président de SOS Racisme Flandre Côte d’opale et militant anti-violence, qui a décidé de faire parler de lui.

La Voix du Nord rapporte qu’ « Il a été sévèrement condamné par le tribunal, le 09/08/2012 en comparution immédiate, pour avoir tabassé son ex-concubine au point de la défigurer. Il a été incarcéré à l’issue de l’audience pour purger une peine de huit mois ferme. » La magnifique contradiction entre « anti-violence » et passage à tabac n’aura échappée à personne.

« Sévèrement »? Avons nous bien entendu? 8 mois ferme pour avoir défiguré sa concubine? Pour comparaison, dans un article daté du 14 juin 2012, intitulé « Il tabasse sa femme et prend cinq ans ferme« ,  il est écrit :

« Certes, elle ne souffrira pas de traumatisme crânien. «Mon client n’a pas tapé de toutes ses forces », justifie Me Berriah, à laquelle son confrère Arnaud Godreuil oppose la photo des 56 agrafes qui ont recousu le cuir chevelu de la victime. »

Il ne s’agit naturellement pas de dire que cet homme a été jugé trop sévèrement par rapport à Anthony Simati, mais bien au contraire que ce dernier ne l’a pas été assez.

La justice telle que nous la connaissons, qui tranche les problèmes et litiges de son glaive, qui pèse le pour et le contre avec sa balance, qui demeure impartiale par son bandeau, a du souci à se faire !

Les commentaires sont fermés.